08 - Vendredi 26 avril 2013 – La plage abandonnée

2013

Je suis assise en tailleur sur la plage abandonnée, mon hybride Lumix, à la main je médite en faisant quelques clichés d’herbes folles folles fièrement dressées au milieu du sable fin, à peine dérangée par les filles de Fem’TV. 

herbes

Clara est face à moi, semblant avoir une explication avec ses collègues. Je ne sais pas quoi et je ne veux pas savoir. J’en profite un peu pour la mitrailler, elle prend vraiment bien la lumière. Clara semble agacée quand elle revient vers moi, elle arbore une petite moue boudeuse fort charmante - enfin d’autant plus qu’elle ne m’est pas adressée ! Solenn et Patricia s’approchent aussi sombres avec pour l’une la camera, l’autre le matos son.

- Bon on continue !

L’enthousiasme feint de Clara ne fait pas illusion mais peu importe, je n’ai que faire de leurs engueulades de collègues.

- Alors passons à Lucie ! Oui cette plage me fait penser à Lulu…  Alors que dire de Lucie… ? Je l’ai connue en seconde, on était dans la même classe et on jouait au hand à l’UNSS ensemble… oui oui, j’ai eu une petite période sportive ! 

Lulu, c’était une crème, une fille sage, calme et tranquille. Le genre de filles qui ne boit pas, ne fume pas, qui bosse, qui balaise dans toutes les matières, sans exception et qui t’aide quand t’as pas compris, qui te file la moitié de son pain au chocolat si t’as pas de thunes, qui ne se tape pas tous les mecs, qui ne doute pas, qui sait où elle va, ce qu’elle veut… 

- Une fois qu’elle est tombée amoureuse, en première, de Thibaud elle nous a dit que c’était pour la vie… Puis Mathilde lui a mis le grappin dessus et j’ai bien cru que Lucie allait faire une connerie, mais non ! Elle s’est juste jetée à corps perdu dans les études… Voilà, c’était Lulu : une fille sage mais entière… mais sage… mais entière… 

On n’était pas les plus proches de la bande mais je l’aimais et je la respectais beaucoup… Je savais que je pouvais compter sur elle, que j’aurais pu lui parler, lui raconter ce que je traversais, elle ne m’aurait pas jugée… Mais je n’ai pas pu. Elle pouvait compter sur moi aussi, elle le savait, mais dès qu’elle a connu Hélène c’est à elle qu’elle s’est mise à se confier principalement. Mais on avait toujours plaisir à se retrouver au hand, à parler dans les vestiaires. 
Lulu, c’était un roc, un phare. Et son jugement m’avait toujours importé et surtout j’adorais avoir son avis sur tout et m’y confronter… On avait des débats insensés tant sur l’allégorie qu’on cherchait dans le Grand Bleu que sur la Guerre d’Algérie, le colonialisme ou la dernière chanson de Mylène… !

- Tu as une anecdote sur Lucie… ?

Je revois alors Lulu sur cette même plage, l’été après le bac. Le pire été de toute ma vie…
 

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.

Playlist de Hardelot-Plage