03 - Samedi 5 aout 1989 – Poussière errante

1990

Mon walkman vissé sur les oreilles, Daho et son pop « Bleu comme toi » m’ont aidée à braver la pluie pour quitter l’ambiance compliquée entre ma mère et moi.

Depuis le divorce, elle est d’une humeur de chien. Et comme elle s’ennuie, elle a un temps infini pour fliquer mes notes et mes devoirs comme jamais. Ça me soule. 
On vient encore de se prendre la tête, concernant le Bac… en aout… A l’écouter je devrais y consacrer mes jours et mes nuits. Sauf que moi, je n’en ai pas envie ! Elle m’a soulée avec mon avenir, et si je n’avais pas le Bac ? Et après… ? Comme si ce n’était déjà pas assez angoissant… Je ne sais pas ce que je veux faire après le Bac exactement, tout ce que je sais c’est que je veux me casser… ! Partir de ce bled. Partir de cet appart. Je veux une vie nouvelle, ailleurs. Pouvoir être enfin qui je suis…

Les autres savent toutes ce qu’elles veulent faire, elles : Lucie sera infirmière, Hélène instit, Mathilde, pharmacienne ou médecin, Emmanuelle, ingénieur en informatique et Elodie actrice à Hollywood ou vendeuse de légumes… sic… Et moi ?  Ça existe un boulot où on est payé pour rêver ?  C’est ce que je fais de mieux… 

Rêver ma vie, faute de pouvoir la vivre. Rêver d’être quelqu’un d’autre, faute de pouvoir être moi.
Je vivrais bien ici, tiens… En recluse à Hurtebise. A écrire. A rêver. A rêver d’Elle. De nous.

Alors que dans ma compil après Daho, scandant sur un air dynamique que son « humeur est down », Mylène se demande à quoi elle sert, je me pose la même question… Lasse de marcher sur la plage désertée à l’heure du repas que j’ai boudé, je me suis laissée tomber dans la broussaille, la tête entre les mains, je pleure sur moi, sur l’avenir, sur la vie qui fait qu’on ne peut pas toujours être qui on est, là où l’on vit…

Envie d’ailleurs, mais où d’ailleurs… ? Une ville inconnue, lumineuse et chaude ? Un désert silencieux dans les ténèbres ? Un endroit où je serais bien... Somewhere in the world.
Envie d'autre chose, mais quoi, d'ailleurs…? Un job super... passionnant et exaltant ? Une famille géniale et pleine d'amour ? Et pourquoi pas les deux… ?
Rien ne va comme je veux, mais un jour, je sais, ça sera mieux. J'ai la tête pleine de rêves, d'espoirs... 
Envie de demain.

chemin

Je joue avec le sable qui glisse entre mes doigts comme le temps qui s’égrène. Je regarde mes traces de pas dans le sable que le vent disperse.

Soudain, l’envie d’écrire vient, impérieuse comme à chaque fois, indomptable et irrépressible. Je ne me fais plus avoir, j’ai toujours un petit carnet sur moi. Je le sors avec mon bic noir et la bille glisse sur le papier.

poeme

 

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.

Playlist de Hardelot-Plage