23 - Samedi 27 avril 2013 – Jeu au poêle / suite

- De retour en France on s’est revues quelques fois… mais j’ai vite mis un terme… Moi, faut pas que ça s’éternise…

Toutes les mâchoires de mes amies sont tombées sur le tapis et Clara m’observe comme si je venais lui avouer être née sur Pluton… Elle peine à articuler :

- Attends mais c’est absolument pas diffusable ça… ! Tu te rends compte de ce que tu viens de balancer… ?! Tu viens d’outer une ex ministre… ! Tu veux me faire virer ?!

- Bon alors si tu veux du politiquement correct… 

Je me tourne vers la caméra et reprends à la fin du diner dans la suite de l’ex-ministre.

- Après ce diner, on s’est revues et avons entamé une relation très complice et dans la confrontation permanente de nos divergences de points de vue… 
Et je pense d’ailleurs que ce sont entre autres nos échanges qui ont fait de Catherine Roussel une des rares députées de l’opposition à ne s’être pas rangé derrière le mot d’ordre et à avoir voté pour la loi Taubira… ! 

taubira

Je marque un temps d’arrêt et me tourne à nouveau vers Clara afin de lui demander si cette chute est plus politiquement correcte. Visiblement, oui… Je croise le regard amusé d’Elodie.

- Bon, au suivant… ?

Je tourne la bouteille qui s’arrête sur Hélène, un peu décontenancée. Elle prend longuement sa respiration, se tord les mains nerveusement alors que tous les regards y compris l’œil de la caméra convergent vers elle.

- Alors… euh… un secret me concernant… je… je n’ai pas de secret…

- Allez Hélène… même pas un petit ?

Forcément si tout le groupe suit l’exemple de Hélène, le jeu de Clara va salement tomber à l’eau, alors elle la titille, lui demande si elle était vraiment aussi sage que ça… ?

- En fait… si… Rémy n’a pas été le premier… 

On la considère toutes avec sidération, comme si elle venait de nous confier avoir reçu ET dans son jardin, tant cet aveu nous semble improbable.

- Avant, j’ai couché avec un autre garçon… vous vous souvenez de la soirée du bac chez toi, Galou ? 

Oh oui je m’en souviens et malencontreusement mon regard croise celui de Manue, qui rougit et baisse le regard, gênée.

- Eh bien j’y avais rencontré un garçon qui était déjà en Fac, un copain de Stéphane je crois… et voilà, c’est avec lui que je l’ai fait pour la première fois car j’en avais marre de passer pour une oie blanche auprès de vous… ! Mais ce garçon m’a larguée dès qu’il a eu ce qu’il voulait, et en plus ça n’avait même pas été agréable… Du coup, j’avais honte alors je ne vous ai rien dit… c’est con, je l’avais fait pour vous impressionner pour une fois et… j’ai même pas pu vous le dire !

Il n’y avait donc pas que pour moi que le poids du regard des autres avait été lourd… ça ne me console pas, au contraire ça ne fait que me conforter dans l’idée que l’adolescence est la pire période de la vie.
Hélène s’empresse de tourner la bouteille pour se débarrasser du fardeau qui échoit à Elodie en 2 tours à peine... il va être temps que cette fichue bouteille vire de l’autre côté !

J’ai déjà envie d’une pause mon esprit s’échappe. Je ne sais pas pourquoi mais c’est « Space Oddity » de David Bowie qui m’emplit le cerveau, couvrant la voix dynamique d’Elodie et me faisant manquer le début de son récit.

Je croise le regard de Manue qui me scrute et il me ramène à la réalité, Major Tom disparait dans l’espace… Contre Manue, il ne fait pas le poids.

- … et donc on était en première, la prof de Français nous avait imposé nos binômes pour les exposés et donc moi je m’étais retrouvée avec Mathilde…  ça ne la réjouissait pas des masses… je le savais bien !

Mathilde relève un visage décomposé, visiblement inquiète de ce qu’Elodie peut avoir à révéler.

- On bossait chez elle, dans sa chambre quand sa mère lui a dit de descendre, pour un appel téléphonique... Je suis donc restée seule dans ta chambre, Mathilde, à continuer à travailler. On avait éparpillé des livres et des cahiers sur ton bureau… En attrapant un livre j’ai fait tomber une pile de trucs dont un cahier noir. J’ai tout ramassé et j’allais reposer le cahier avec le reste quand j’ai vu une photo qui dépassait. C’était des photos de Galou… Et il y en avait deux autres, deux en noir et blanc et une couleur. De jolies photos d'ailleurs...

photos

Je dresse l’oreille. Mathilde est visiblement très mal et baisse la tête, Elodie continue en décrivant ces photos de moi dont je ne me souvenais même plus. Elodie, dont la curiosité avait été titillée, avait ouvert le cahier à la page des photos.

- En fait ce cahier était une sorte de journal intime… Je te rassure j’ai pas lu le reste… Mais juste la page des photos… Et là je suis tombée sur une lettre, précédée d’un mot genre : « lettre que je ne te donnerai jamais ma Galou… » Je l’ai lue et elle m’a touchée… C’était une très jolie déclaration, fleur bleue mais très jolie, très amoureuse…

Pour une fois c’est ma mâchoire qui manque de tomber et je croise le regard embué de larmes de Mathilde, peu préparée à ce type de révélations. Puis refixe Elodie qui fait ses révélations avec douceur, sans animosité aucune.
- Je n’étais pas suffisamment proche de toi, Mathilde pour en parler avec toi et je n’ai pas voulu trahir ton secret en le racontant à Galou… mais j’ai alors compris ton acharnement à piquer les quelques mecs qui s’approchaient de Galou… J’ai compris que tu ne le faisais pas parce que tu enviais Gaëlle, mais plutôt parce que tu les enviais, eux… ou que tu ne voulais pas qu'ils aient ce que toi tu n'avais pas...
Je détache mon regard d’Elodie pour regarder, décontenancée, Mathilde, prostrée sur elle-même. Quelle révélation… jamais Mathilde n’a laissé paraitre quoi que ce soit, je tombe de haut, le sol semble se dérober sous moi et des souvenirs remontent à la surface soudainement.

 

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.

Playlist de Hardelot-Plage