20 – Dimanche 10 Juin 2012 – Panique au Sheraton

Visiblement, l’hôtel où l’on m’a conduite semble accueillir des personnalités plus importantes que moi... Bon, ok, ce n’est pas dur ! 
J’ai beau me protéger de charivari avec mon mp3, la cohue est telle que même Mika ne parvient le couvrir et me mettre la banane.

Le tohu-bohu est tel qu’un chariot à bagages est tombé et une valise visiblement mal fermée s’est ouverte, répandant quelques effets personnels sur le sol. La petite réceptionniste qui semble débordée par cet afflux de clients se précipite illico pour ramasser la valise et dans un élan chevaleresque, sentant à sa panique que l’heure doit être grave, je me suis jointe à elle. 
C’est alors qu’un homme en qui je devine immédiatement le directeur de l’hôtel surgit et lui parle sur un ton cinglant, avec beaucoup de mépris, la traitant comme une incompétente.

J’interviens en sa faveur, sans trop de succès, tout en continuant à remballer la valise. A la porte d’entrée, on s’affole à l’arrivée d’une femme trop entourée de conseillers ou gardes du corps pour que je la voie.
Le directeur se précipite pour la saluer, puis revient vers nous et signifie à la réceptionniste son congé. Là je m’insurge, clamant qu’elle n’y est pour rien puis finis par haranguer la foule pour savoir à qui appartient cette valise pour signifier à ce désagréable monsieur que son ouverture accidentelle ne justifiait pas le renvoi de cette jeune femme. Personne ne répond alors je dois réitérer ma question, plus fortement… 

- Mais merde ! Elle est à qui cette putain de valise ?!!

Et c’est là que la femme qui venait d’entrer, que je reconnais immédiatement comme étant une députée, ex ministre de l’opposition, Catherine Roussel, répond que c’est la sienne… Toujours énervée par ce pédant et odieux homme et pas intimidée du tout par la fonction de cette dame je l’exhorte d’intervenir.

- Mais enfin, faites quelque chose, dites à ce monsieur de se calmer… Pour une fois servez-vous de votre pouvoir à bon escient !

Cette phrase semble la saisir à en juger par le silence qui s’ensuit et le regard dont elle me gratifie en sortant du groupe, sa voix posée se fait enfin entendre clairement.

- Monsieur le directeur, revenons à la raison, ce n’est qu’une valise cette jeune femme ne peut être congédiée pour si peu…Mademoiselle a raison. Je vous demande de revenir sur cette décision…

Confus le directeur ne peut qu’accéder à sa demande et s’éclipse alors que Catherine Roussel, s’approchant de moi, me fixe longuement. 

- Sur le fond vous aviez raison mais en ce qui concerne les formes, vous avez à apprendre, Mademoiselle…

- Je ne pense pas vous avoir manqué de respect… juste dit ce que je pensais… Mais ce n’est ni le moment ni l’endroit pour vous exprimer tout le mal que je pense du pouvoir en général et ni de celui qu’a exercé votre parti en particulier... 

La députée semble me considérer avec autant de surprise que d’amusement et me propose tout naturellement de le lui exposer lors du diner. Elle ne manque ni d’aplomb, ni de patience et encore moins d’humour, je n’ai rien de mieux à faire, dans cette ville où je viens d’arriver alors je ne peux qu’accepter son invitation…

Quelques heures plus tard, je me retrouve là, dans sa suite au dernier étage de l’hôtel à partager un dîner avec elle et à échanger sur la politique sociale, la vie politique de notre pays, confrontant inévitablement nos convictions de gaucho contre libérale… 
On en vient naturellement à confronter nos points de vue sur le mariage pour tous, je sens qu’elle adopte une posture. Son discours est parsemé d’éléments langagiers surement édictés par son parti, je ne manque pas de le lui faire remarquer. Elle me sourit sans s’en défendre et change de sujet.

Le diner est aussi agréable que les mets sont fins, Catherine Roussel se révèle de plus en plus sous un jour éloigné de celui renvoyé par les médias. Son allure si froide dévoile là une femme douce, sensible, cultivée, drôle et sympathique et je prends plaisir à partager cet improbable moment avec elle.
 

quebec

 

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.

Playlist de Hardelot-Plage