16 - Vendredi 26 avril 2013 – Hurtebise – Moment à part

Ma sortie est discrète et me garantit vraisemblablement quelques minutes de tranquillité durant lesquelles, affrontant le froid pénétrant et le vent glacial. Je sors mon phone et mes écouteurs et laisse Imagine Dragons et son envoutant « Demons» m’envelopper, je déambule lentement le long de la plage déserte et sombre. Oui, c'est là que se cachent mes démons, cette chanson n’a jamais si bien résonné…

J’avance d’un pas de plus en plus tranquille. Hardelot est désert, le vent est froid, nul ne se risque à l’affronter à part moi… 
Pourtant, en retrait de Hurtebise, une silhouette attire mon attention, elle est adossée à une voiture. Rien dans cette allure féminine à la chevelure ne me rappelle celle que j’attends, cette fille filiforme presque androgyne, aux cheveux blonds éternellement attachés. 

Cependant, je suis comme aimantée par cette silhouette que je distingue de profil. Elle parait si peu à sa place dans ce décor nocturne désert. Une femme plutôt grande et élancée à l’allure plutôt classe se frotte les bras pour lutter contre le froid qui semble l’envelopper. A mesure que je m’approche, l’émotion m’étreint, mon ventre se serre comme avant. C’est elle. Ce ne peut être qu’elle. Sinon comment expliquer ces nœuds dans mes viscères ? Je me souviens alors pourquoi il a été finalement moins compliqué de ne plus la voir. Cet étau dans mon ventre qui serre mes entrailles, mon souffle qui devient court, c’est limite supportable. 
Je m’approche pourtant, elle ne semble ni me voir ni m’entendre, alors que je ne suis plus qu’à quelques pas d’elle. Je retire mes écouteurs sans stopper la musique. Imagine Dragons chante dans le vide.

- Manue… ?

Son visage se relève et dévoile des yeux rougis qui me déchirent le cœur, ce regard-là, je le connais, il est gravé en moi à tout jamais. Mon premier amour est là, transie de froid, à quelques pas de mois, à plus de 20 ans de moi.
Les larmes me montent aux yeux, mon souffle est coupé, l’ange androgyne effacé qui peinait à sortir de sa chrysalide a laissé place à une femme très féminine, séduisante et classe dont j’ose à peine m’approcher.
Elle esquisse un sourire en m’ouvrant ses bras dans lesquels je me jette, la serrant contre moi en reniflant.

Demons

Nous nous serrons fort l’une contre l’autre en pleurant, les larmes desserrent un peu l’étau. Manue grelotte, il faut dire que sa tenue n’est pas de circonstance, elle ne porte qu’un petit imper court très léger sur une tenue printanière résolument pas de taille à affronter le vent arctique d’Hardelot.

- Mais qu’est-ce que tu fais ici dans ce froid… ?

- Quand je suis arrivée il faisait encore doux… et puis… j’ai eu peur… alors j’ai traîné un peu… je repoussais, j’hésitais… Partir ? Rester ? Te retrouver ? Me tenir éloignée ? Je n’arrivais pas à vous rejoindre… ni à partir…

- Viens au coin du feu, je vais te réchauffer !

A peine cette phrase lancée, j’y décèle quelque évocation équivoque que je ne parviens à chasser d’un rire sonore, je la regarde avec trouble et embarras, des larmes recommencent à me piquer les yeux : Manue est là, devant moi, enfin… D’un élan commun, nous nous enlaçons, si émues et heureuses de nous retrouver. Nos mains se perdent dans nos cheveux, nos bouches dans nos cous, on se murmure des mots doux et une foule de « tu m’as manquée ».
Et « With or without you » de U2 s’impose alors encore comme la BO de ce moment. Incontournable.


 

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.

Playlist de Hardelot-Plage